Après avoir fêté son 230ème anniversaire, le Grand Hôtel Henri, haut lieu de l’hôtellerie, vient de réouvrir ses portes en Septembre 2015 après une année de travaux de rénovation.

Jusqu’en 1775, il n’existe à cet emplacement qu’un cabaret, son propriétaire, M. Fortune, le fait agrandir et y installe alors un confortable Logis du nom d’Auberge Saint Jean.


Le premier écrit identifie le bâtiment comme l’Hôtel de Chartres en 1785. Il fût nommé ainsi du fait de la visite du Duc du même nom.

Les Archives Municipales de la ville de L’Isle-sur-la-Sorgue ont réussi à reconstitué un plan de L’Isle-sur-la-Sorgue aux alentours de 1793.

Plusieurs récits historiques ou de voyage mentionnent le nom d’Hôtel Pétrarque et Laure, notamment lors du conflit entre le Compte de Mirabeau et le Marquis Gaston de Galliffet fin du XVIIIème siècle. »


On retrouve également la trace de l’hôtel dans les écrits d’Alexandre Dumas racontant l’accueil du cuisinier d’alors, Antoine de Tassy, célèbre localement pour sa recette de coquilles d’écrevisses :


« A quelques pas du but du voyage, nous trouvâmes une auberge tenue par un ancien cuisinier du Duc d’Otrante, plein de l’importance de ses fonctions. Nous lui demandâmes s’il pourrait nous faire dîner […] –Non ! Messieurs, nous répondit-il, je vais vous faire manger, voilà tout ; quand on vient dîner chez moi, il faut me prévenir trois jours à l’avance. »


Aubin-Louis Millin de Grandmaison, bibliothécaire français,érudit dans plusieurs domaines, notamment l'archéologieet l'histoire de l'artmédiéval et classique,évoque encore L’Hôtel Pétrarque et Laure dans son ouvrage Voyages dans les départements du midi de la France, Tome 4 :


«[…] aussi les voyageurs n’entrent-ils jamais dans ce cloaque infect ; ils s’arrêtent, en dehors,dans une auberge propre et élégante, appelée l’hôtel Pétrarque et Laure ; l’aubergiste ne pouvant mieux faire que de mettre sa maison sous la protection de ces deux noms si cher aux belles, aux amants et aux poètes, aussi il n’y a pas de jour que l’auberge ne réunisse plusieurs compagnies. »


D’autres visites viennent agrémenter l’histoire du lieu : l’hôtel reçoit l’impératrice Eugénie en 1867 pour l’inauguration du viaduc de Fontaine de Vaucluse ; Georges Clémenceau y fait également étape à la fin du XIXe siècle lors de ses visites à son ami Elie Dussaud.

Plusieurs grandes familles vauclusiennes ont successivement exploité l’hôtel. On notera notamment la famille Brunel qui transmît l’établissement le 11 août 1840 à la famille Béchard qui l’exploitera sous le nom d’Hôtel Béchard et de Restaurant Pétrarque et Laure pendant près d’un siècle et établira sa réputation incontestée jusqu’à l’inscrire dans le premier guide Michelin édité en 1900.

Viendra ensuite Henri Toppin qui racheta le lieu appelé alors La Gueulardière en référence à l’ancienne propriétaire qui avait une forte personnalité.

GRAND HOTEL HENRI : LA RENAISSANCE UNE HISTOIRE FAMILIALE

Henri Toppin acquiert ainsi l’hôtel en 1969, en fait un haut lieu de villégiature : mariages, anniversaires, repas de famille, tout s’y déroule. Il établit une nouvelle renommée à l’Isle-sur-la-Sorgue et ses environs.
Il exploite l’hôtel jusqu’en 1989,l’année où l’un de ses fils, Jack Toppin, reprend le flambeau.

Aujourd’hui la 3ème génération, avec Julien Toppin, petit fils d’Henri, accompagné par Manon, sa femme, et Marco De Almeida, perpétue l’art de recevoir de ce haut lieu historique de Provence.



Grand Hôtel Henri


1 cours René Char - 84800 L'Isle-Sur-La-Sorgue.

+33 (4) 90 38 10 52

contact@grandhotelhenri.com


Suivez nous :